En tout cas pas pour arriver ici dans sa partie sud ! 3 jours de montagne entre 3500 et 4500 mètres, sur piste en terre puisque les routes goudronnées n’existent pas dans cette partie du pays. Le compteur a affiché jusqu’à 3,5 km/h, avec des moyennes journalières dépassant à peines les 10 ! Je suis toutefois arrivé ici à Uyuni, Bolivie, à 3600m, un peu fatigué mais à l’heure pour passer le réveillon de Noël avec Alan, Irlandais à moto rencontré quelques jours plus tôt à la frontière. Pizzas, puis quelques bières dans le pub-karaoke local ; insolite !
Mais la Bolivie est surtout un vrai régal pour les yeux, avec des paysages changeant sans cesse, de la montagne aride aux étendues de sables avec dunes. Puis il y a ces minuscules villages en briques de terre cuite au milieu de nulle part, et les femmes avec leurs tresses sous leurs chapeaux, leurs jupes que je me demande toujours ce qu’elles portent dessous pour que ça leur fasse un fessier d’une telle ampleur, et leurs chaussettes remontées bien comme il faut jusqu’aux genoux !
Bonheur retrouvé aussi avec de la tambouille locale à chaque coin de rue (encore faut-il qu’il y ait un village bien entendu), comme le tamal, délicieux mélange de maïs, de pruneaux peut-être et de viande, ou encore des jus de fruits frais, de quoi refaire le plein avant d’attaquer la centaine de km peut-être avant le prochain stand de ravito !

Altiplano sud

Sur le marche d’Uyuni. La piste dans le lit de la riviere.
Bergere nord-argentine

Arret mecanique pour Alan et bibi. Tranche de vie rurale.
La vendeuse de tamal et de fruits.

Fondues dans le paysage. Les amies.
Quand la nature se fait artiste.