Il m’aura fallu six mois pour que l’occasion se présente de monter au sommet du volcan qui est à l’origine de l’île de Grande Comore, le Karthala. Sauf que ce weekend end là, c’était aussi le départ de mon ex colocataire et puis tout simplement… le weekend end, allez, pas d‘excuses. Premier départ donc, le samedi, 5h du mat, directement après la sortie de la boîte. Aïe aïe aïe, montée cauchemardesque, interminable. Heureusement, bivouac à mi-parcours et deux autres journées de rando superbes. Dix jours plus tard, je me le « refais » (on ne se fait jamais la nature, on l’embrasse…) en solo, de manière un peu plus sportive, histoire de me prouver que je suis encore un peu dans le coup (parce que la connerie de la semaine précédente m’a quand même coûté le marathon -tant attendu- de Moroni, pour cause de côte fêlée après mauvaise chute). Cette fois, je monte en 5 heures au lieu d’un jour et demi, et sans même vomir en cours de route !

Et je bivouaque seul au bord du cratère, dans ma nature retrouvée. Elle m’embrasse…

PS: cliquez sur les petites images pour les voir grandes.
PS2: diaporama « De la France aux Comores en vélo » le vendredi 20 mai à 20h à l’Alliance Française de Moroni; merci de réserver vos places pour Air France ou Air Austral rapidement…