Un consulat qui traine pour me délivrer son visa, la recherche d’un bateau pour arriver directement dans le nord de l’Angola et éviter ainsi l’enclave de Cabinda peu recommandable ces derniers temps, quelques diaporamas dans les écoles, la plage et le surf, enfin les tentatives de surf, et surtout des copains sympas qui ne me mettent pas dehors et qui sont en plus les seuls de la région à avoir une tireuse et de la bière pression à la maison ! Les Congolaises étant également loin d’être moches et peu farouches, tous les ingrédients sont réunis pour me faire rester ici un peu plus longtemps que prévu…

Passez sur les photos pour que s’affichent les légendes.
PS aux Vosges-pats’ : n’oubliez pas le « Causons-en » de février chez votre marchand de journaux !