Le Cameroun est le pays de la gastronomie (surtout après le Nigeria, seul bémol de ce pays). On vous y propose porc-épic, pangolin, hérisson, singe, rat palmiste ou encore boa.
J’ai passé une nouvelle semaine exceptionnelle à Yaoundé et la cuisine y a été pour quelque chose. En effet, Angélique et Laurent, qui m’ont accueilli là-bas dans leur humble demeure, ont été aux petits oignons pour moi (avec l’aide de leurs excellentes cuisinières certes). En cette période de Noël, j’ai eu droit à une palette de mets délicieux et tout aussi surprenants peut-être pour les non-initiés à l’art culinaire français : noix de saint jacques, lapin, saumon, foie gras…
Et puisqu’on parle ici de bonne chair et que je dois reconnaître mon penchant pour elle dans toutes ses acceptions, je voudrais évoquer celle qui a participé à faire de ces journées (et surtout de ces nuits) de vrais moments de joie. Mais pour couper cours aux jeux de mots trop faciles et grossiers sur la dinde de Noël par exemple, je ne parlerai que de peau exquisément dorée et sucrée, tout au plus de chair délicatement ferme.
Mais quand l’oiseau rare est trop à son goût, on finit par avoir mal au ventre au moment de repartir…

PS1: Photos à viendre, vous comprendrez…
PS2: Il ne vous reste que quelques heures pour participer au Grand Jeu de Noël !!
PS3: Vous pouvez dorénavant lire les « chroniques d’un Vosgien autour du monde » dans le mensuel 100 % vosgien CAUSONS-EN, 3,90 euros chez votre marchand de journaux !

Bises de Kribi, où finalement la plage n’a pas beaucoup de sens quand on y est seul 😉