Ce mois de sédentarisation à Trujillo a emporté bien loin ma spiritualité, stimulée essentiellement – et en contradiction parfaite, je sais, avec les grands principes zen – par le mouvement permanent et l’inconnu ! Par conséquent, en attendant de redécoller, je vais me contenter de vous rapporter quelques anecdotes dont cette introduction peut être considérée comme la première. Vous me suivez ? Bien.

– De nombreux cyclotouristes arborent un drapeau de leur pays sur leur monture, moi je n’en ai pas besoin : avec le soleil du Pérou je n’ai qu’à relever les manches de mon fidèle maillot pour qu’on lise les couleurs de mon pays. (Vous allez comprendre)

– Pour faire certaines sorties vélo dans les environs de Trujillo, Lucho n’hésite pas à glisser le pistolet dans la poche arrière du cyclo. Bienvenus au Far South West !

– J’ai dû venir jusqu’au Pérou pour abandonner ma première compétition, quand ma selle de VTT s’est dévissée dès le km2, pour finalement finir par terre au km20. J’ai préféré « assurer mes arrières » et arrêter là.

– Lors du départ des amis Tchèques prévu 24 h avant le mien, nous sortons devant la maison pour prendre une dernière photo : je recule un peu trop et me pète la gu…. (clin d’oeil à Liliced) du trottoir. Pied bien foulé et appareil photo cassé. Une semaine de plus à la casa de Lucho le temps de réparer le tout…

– Finalement, j’ai tellement traînassé à Trujillo qu’il m’a fallu faire plusieurs journées de 200 km et plus pour arriver aujourd’hui ici à la frontière équatorienne, que je passerai demain, ultime jour de validité de ma prolongation de permis de séjour au Pérou !!

– Bon, et si j’avais arrêté mon tour du monde à Trujillo, hein ? J’aurais pu le faire sans trop de problèmes de conscience, vu que c’est là-bas que j’ai passé le cap des 40 000 km, distance qui correspond aussi avec la circonférence de notre bonne vieille Terre ! Il y avait beaucoup de circonstances atténuantes, vous n’avez qu’à en parler avec le copain grec Alexis, arrêté ici il y a maintenant quelques années lors de son périple à vélo par une jolie « morena » qui ne l’a jamais laissé repartir…

Le coq gaulois! (avec protecteur indice 45, tout de même!)

Désert de ... (ca va me revenir). Nord Pérou

A peine 150 km plus loin!

Chasseurs de miettes.