« Le vrai voyage se fait sans limite de temps ni itinéraire déterminé. » Je ne sais plus qui a dit à peu près cela il y a très longtemps déjà. Et moi je me suis fixé 2 ans pour un tour du monde tout tracé et j’en ressens chaque jour plus la contradiction. Alors pendant quelques temps, à peine quelques semaines, je viens de lâcher prise, de vivre comme mon coeur me l’indiquait, comme si j’étais enfin dans un voyage entièrement ouvert. Je ne pouvais lutter plus longtemps contre cette force qui nous retient quand un endroit nous plaît pour une raison ou une autre. Ainsi, je me laisse encore aller jusqu’à la prochaine course cycliste qui a lieu samedi, ici, à Trujillo, et qui est organisée par Lucho lui même. Je ne pouvais de toute façon difficilement faire autrement, n’est-ce pas ? Ensuite, je reprends les brides, pour poursuivre et terminer ce premier voyage comme il a été initialement prévu. Promis, j’essaye.

Plaza de Armas, Trujillo

Antiques taxis, mais quel charme. le marché, mon QG entre 2 entrainements

Je m’amuse... L’architecture coloniale participe a l’atmosphère agréable de Trujillo.

Hors des villes il y a de la place pour tout le monde...