décembre 2015


Nadhia et l'arbre

Nadhia et l’arbre

Le livreur de bambous

Le livreur de bambous

Arret au stand

Arret au stand

Jolies collegues cyclistes

Jolies collegues cyclistes

Toujours aussi haut en couleurs

Toujours aussi haut en couleurs

Filles de la tribu Maram (Nagaland) - sauf une...

Filles de la tribu Maram (Nagaland) – sauf une…

2

Visite au passage du parc national de Kaziranga (Assam):

Le rhino, maitre des lieux

Le rhino, maitre des lieux

Docteurs maboule

Docteurs maboule

et Mister Beautiful

et Mister Beautiful

Buffle a l'eau...

Buffle a l’eau…

coucher sur bras du Bramapoutre

coucher sur bras du Bramapoutre

Comme des vrais (touristes ) !

Comme des vrais (touristes ) !

Et Joyeux Noel à tous !!! Nous étions au Nagaland, état tres majoritairement chrétien, avec décorations bien comme il faut et froid comme si on y était!

Ho ho ho !

Ho ho ho !

aux couleurs de Santa Claus...

aux couleurs de Santa Claus…

Petit dejeuner grande classe...

Petit dejeuner grande classe…

... et larves pour le diner !

… et larves pour le diner !

Meules de riz

Meules de riz

Egrenage mecanique du riz

Egrenage mecanique du riz

Quelques beaux lacets a grimper...

Quelques beaux lacets a grimper…

DSC08480

Femmes au travail

Femmes au travail

DSC08511

Big Vishnu

Big Vishnu

Bhaktapur

Bhaktapur

DSC08638

DSC08672

A l'heure pour le Jazzmandu Festival !

A l’heure pour le Jazzmandu Festival !

Offrande au sol  pendant la fete de Dewali

Offrande au sol pendant la fete de Dewali

vieille femme

Le Temple d'Or a Patan

Le Temple d’Or a Patan

« Une montagne, surtout l’Himalaya […] c’est la terre qui essaye de se métamorphoser en ciel; c’est un envol du sol, la terre qui se mue – presque – en air, et qui devient […] exaltée. » (S. Rushdie)

Je comprends donc pourquoi Mika aime la montagne, le plein air, la Nature en général. C’est une personne sensible, qui est sans cesse à la recherche de la nature vraie des choses. La proximité des grands espaces comme le désert, l’océan ou encore la montagne, nous permet de temps à autre, si nous sommes réceptifs, de nous approcher de cette vérité.

Au vu des terribles événements qui se sont produits ces derniers temps, mais aussi de tout ce qui arrive au quotidien de par le monde, je m’interroge, comme tout un chacun je suppose, sur notre Avenir avec un grand A. Qu’arrive-t-il à nos contemporains? Sommes-nous, comme je le crains, « foutus »?

Contrairement à mon chéri, j’ai choisi de rester en bas, au pied de la montagne, et d’errer parmi les gens pour trouver quelques réponses. Pour comprendre, j’avais besoin des autres, de les interroger: « Sommes-nous vraiment foutus? N’y a-t-il plus aucun espoir? »

Et j’ai eu beaucoup de chance. Les rencontres ont été nombreuses et extrêmement riches. Jour après jour, soir après soir, voyageurs « permanents » (certains, comme Mika et moi, ont fait du voyage leur mode de vie) ou pour quelques semaines seulement, voyageurs de toutes races et de toutes complexions, dans la fleur de l’age ou plus aguerris, de tous milieux sociaux, de toutes nationalités, avec peu ou beaucoup d’argent à dépenser, nous nous sommes connus, reconnus, rencontrés, séparés, nous avons ris aux éclats, pleuré de joie, nous avons payé ou bu notre verre de l’amitié, fumé maints calumets de la paix. Nous avons échangé nos histoires, nous avons ouvert nos cœurs.

Il y avait parmi nous des journalistes, des enseignants, des cinéastes, des écrivains, des cueilleurs de fruits, des musiciens, des médecins, des assistants dentaires, des réalisateurs, des moniteurs de plongée, des artistes en tout genre, des fabricants de bijoux, des jongleurs, des artisans en bâtiment, des kayakistes, des web designers; certains avaient, sur un coup de tête ou de manière plus réfléchie, décidé de tout laisser derrière, et d’enfin partir se retrouver.

Malgré ce monde qui devient fou, nous nous sommes assis en tailleur, à même le sol, pendant des heures, des jours, et nous avons parlé. Français, Anglais, Espagnols, Syriens, Russes, Italiens, Turcs, Norvégiens, Israéliens, Américains, Indiens, Népalais, Belges, Hollandais, Finlandais, Japonais, Allemands, Australiens, Argentins, Boliviens ou Brésiliens, tout le monde avait une belle histoire à raconter. L’histoire de sa vie, ses peurs, ses espoirs, ses envies, ses échecs, ses réussites, ses amours, ses emmerdes…

Je n’ai pas eu toutes les réponses à mes questions, mais ça ne fait rien: j’ai rencontré des gens formidables, de toutes religions et milieux confondus, qui m’ont prouvé que non, tout n’est pas foutu. Des personnes belles, généreuses, drôles avec, comme point commun, l’espoir d’un monde meilleur.

Et surtout, la volonté de ne pas faire partie du problème mais de devenir la solution.

Merci à toutes et à tous pour ces 15 jours merveilleux, de découverte de l’autre mais aussi de soi. Merci de m’avoir inspirée, de m’avoir accueillie parmi vous, merci de m’avoir appris à faire du macramé, merci pour le plein de sourires et de fous rires. Merci enfin pour votre amitié et pour ces moments gravés à jamais dans ma mémoire.

Merci aussi à toute la famille de Sabina Mo:Mo Restaurant pour nous avoir supportés tous les jours, du petit-déjeuner au dîner. Si vous passez un jour à Lakeside nord, Pokhara, allez directement chez eux, vous ne le regretterez pas!

Merci donc pour les délicieux chicken moussaka, cheese and spinach momos, ginger lemon honey tea, veg burgers, paneer butter masala, banana honey porridge, special breakfasts, j’en passe et des meilleurs… qui nous ont permis de nous nourrir physiquement tandis que nous cherchions à nous nourrir spirituellement.

Je n’ai malheureusement pas de photos de tout ce beau monde, mais voici quelques clichés. Merci à Calico Ma, Capucine Langlais et à Gypsy Xispi, les photographes.

La bande...presque au complet!

La bande…presque au complet!

les fillesbalancoirebarquesbat cavecalico marianodepart espagnollouis et GFmanu francoismarche groupemarknoir et blanc louissabinanoir et blanc moi

D’autres photos à suivre…

 

 

Page suivante »