septembre 2015


Sommes à la bourre pour les nouvelles ! Pourtant sur la route, fini les mains aux fesses pour aller plus vite dans les côtes : Nadhia est passée à des journées de 80 km, y compris en montagne, et même 100 il y a quelques jours pour rejoindre Colombo ! Nous avons en effet déjà bouclé notre tour du Sri Lanka et venons d’atterrir à Cochin dans le Kerala (Inde, pour les nuls, et clin d’oeil à Alexis, dont je n’ai d’ailleurs pas vu les cousines à l’aéroport…) Quel plaisir donc il y a deux semaines de découvrir -enfin- un nouveau pays, le 70ème si je fais bien les comptes en ce qui me concerne pour les pays visités (ou au moins traversés) à vélo ; le 8 septembre qui plus est, soit 10 ans jour pour jour après le premier départ de Fraize… Virée dans le centre montagneux et le sud ouest de l’ex Ceylan, visites de temples bouddhiques, nature exubérante, odeurs d’encens et d’épices à gogo, petites écolières en jupettes, cravates et couettes à la british, balade dans les plantations de thé de feu Sir Thomas Lipton et pas mal de vélo donc. Beaucoup trop court pour un pays qui a tant à offrir ! Malheureusement notre visa indien n’est déjà plus valable qu’un mois et demi, et c’est pas exactement les mêmes distances qui nous attendent ici ! Vite quelques photos de la bas avant de prendre la route vers l’est, direction Pondichery.
Je me répète, mais cliquez sur les images pour les mieux voir 😉

Riz amélioré

Riz amélioré

Thé

Thé


Canonball tree (Couroupita guianensis) en fleur

Canonball tree (Couroupita guianensis) en fleur

Cueillette des fleurs de lotus

Cueillette des fleurs de lotus


Lézard des villes

Lézard des villes

Et lézard des champs

Et lézard des champs


Jolie couleur pour un scorpion

Jolie couleur pour un scorpion

Et pan ! Le classique...

Et pan ! Le classique…


Laissons digérer mooonsieur, il viendrait d'avaler le chien de la station essence!

Laissons digérer mooonsieur, il viendrait d’avaler le chien de la station essence!

Pélican municipal

Pélican municipal


Macaque se cache

Macaque se cache

Pas moi!

Pas moi! (Sommet d’Ella Rock)

L’aventure malgache est terminée. Merci à l’Ile Rouge pour ses paysages magnifiques, ses habitants toujours souriants, ses nombreux zébus, ses plats de « vary » (riz en malgache) qui nous ont donné l’énergie nécessaire pour pédaler… Rien ne dit cependant que l’on ne nous y reprendra pas un jour ou l‘autre, tant le pays est vaste. En un mois et demi nous n’avons finalement couvert qu’une petite partie.
Notre objectif principal étant l’Asie, Mada était un premier arrêt, une sorte de mise en jambes pour moi. Mes capacités physiques et cyclistes étant quelque peu ridicules par rapport à celles de Mika, nous avions décidé d’un compromis pour nous permettre de couvrir le plus de distance possible sans m’épuiser des le début. Nous avons ainsi mélangé les modes de transports, entre vélo, taxi brousse, train et descente de rivière en pirogue. Tout en variant les plaisirs, cela m’a permis de me préparer en douceur pour le cyclo-tourisme pur et dur (tout un programme ;-)), en faisant des journées de 60 kms environs. Déjà pas mal en ce qui me concerne!
Meme si cela lui a plu aussi, cette façon de voyager a été un peu frustrante pour Mika qui d’habitude avale ses 100 bornes au petit dejeuner… Certains jours, rouler à mon petit rythme devait lui sembler bien lent! Pourtant, il a été très patient, toujours à m’encourager dans les moments les plus durs, faisant preuve d’un soutien sans limite, allant quelques fois (ok! souvent, très souvent même!! 😉 ), jusqu’à me pousser dans les cotes lorsqu’il sentait que j’allais flancher!! Oui, il est comme ca mon amoureux!

Pour clore ce chapitre Madagascar, nous tenons à faire un petit coucou aux personnes suivantes, rencontrées sur le chemin, et qui ont rendu notre séjour encore plus intéressant:
sans ordre particulier, merci à Hubert à Tana, à Laure à Majunga, aux étudiants de l’Université Adventiste près d’Antsirabe, au chef du village de Kirindy, à Emmanuel et Youmna dans le petit train, à Julie et son mari à Morondava, à Jo le Suisse de l’Hôtel La Pinata, et au restaurant Ratatouille sur la route de l’aéroport.

Misotro et Tongava Suave à tous!

Destination donc le Sri Lanka, ou je me suis promise de pédaler encore plus loin, plus fort et plus longtemps! Je ne veux plus traîner derrière, et je tiens à ce que Mika soit fier de moi! Et puis j’ai choisi de partir sur ce périple asiatique à vélo car, en plus de partager des moments uniques avec Mika, cela fait trop longtemps que je ne me suis pas dépassée physiquement et mentalement… J’aimerais croire que j’en suis encore capable.

Jusqu’ici, tout va bien. Peace.

Nous avons de la chance, il fonctionne ces temps-ci, le presque centenaire de la FCE (Fianarantsoa-Côte Est). Fidèle à sa réputation: blindé jusqu’à la gueule, y compris en 1ère, ultra lent et s’arrêtant à chaque village, soit tous les 10 kilomètres environ. Je me prends au jeu et achète à grignoter à chaque stop: beignets de bananes ou de légumes, boulettes de viande, bœuf séché, écrevisses, cacahuètes… Quand nous roulons, les caféiers en fleurs, ravinales ou bouquets de bambous défilent lentement. Ouf! on retrouve un peu des allures de forêt à Madagascar. Nos compagnons de voyage, et particulièrement de banquettes, sont fort intéressants et plein de connaissances sur le monde, y compris sur le Sri Lanka, notre prochaine destination. Nous bavardons avec plaisir et heureusement, car nous mettons 17 heures pour couvrir les 163 kilomètres.
Nous parcourons ensuite une partie de la côte sud-est à vélo, entre deux averses et jusqu’à ce que le route devienne impraticable après Vangaindrano. Retour maintenant sur Tana en taxi brousse pour un vol vers la larme de l’Inde le 7.

Départ

Départ

Les miroirs des rizières

Les miroirs des rizières


Arrêt au stand

Arrêt au stand


No comment

Du rouge…

... ou du jaune. Petits bonhommes en tout cas!

… ou du jaune. Petits bonhommes en tout cas!


Pleinement le temps d'apprécier les paysages!

Pleinement le temps d’apprécier les paysages!