Alors que je pensais avoir à peu près fait le tour de ce qui pouvait être vu sur la terre, elle m’a ouvert les portes du monde sous-marin, son monde.
Dorénavant quand je plonge, je me sens aussitôt dans mon élément. Je m’enfonce voluptueusement dans cette douceur et me retrouve aussitôt en apesanteur. Je glisse délicatement dans ce milieu qui m’est devenu familier. Et j’en oublie le reste. Là, tout n’est que calme et volupté. Ce n’est pas un luxe après le tourbillon des émotions qui sévit sur la terre. Le monde vibre autour de moi et j’y évolue harmonieusement. Je n’ai pas peur et je regarde devant. Tout est simple, je suis léger.
Parfois je m’arrête au beau milieu de cet univers vibrionnant. Immobile et flottant dans ce nid douillet, je m’endormirais bien dans ce silencieux brouhaha, qui me rappelle ô combien la vie est grande et multiple, équilibre parfait du moment. Alors je reprends espoir, on ne pourra jamais tout détruire. J’ondule et poursuis mon exploration, me laissant dériver, happé par le courant de la vie. Je me noie dans les bras de ma sirène.