novembre 2008


Rabat, samedi 15 novembre 2008, 15h27.

Quand à mon ange gardien ici visible une nouvelle fois, les plus fidèles lecteurs sauront le reconnaître. Il apparait parmi toutes les photos du blog au moins 3 fois, dans 3 pays différents…

Oui, mes voyages s’articulent principalement autour de la bouffe. C’est que, d’une part, quand on voyage sur du long terme, il faut savoir se trouver des plaisirs qui ne vont ni s’accumuler, ni alourdir le sac. Il en existe d’autres, évidemment, qui ont plutôt vocation à alléger ce dernier, mais il ne faut toutefois pas y laisser sa bourse… D’autre part, la becquetance, quand on a choisi pour moyen de transport ses propres guiboles, c’est le carburant indispensable.
Mais ce peut être encore bien plus.
Après avoir pris un grand plaisir à jouer la cuisinière chez l’ami Fred retrouvé (et je ne vous raconte que ça…), pendant que ce pauvre dernier était tenu à ses devoirs d’enseignant (même pendant les vacances, si si, un vrai métier que celui de prof…), c’est avec un bonheur plus intense encore peut-être que j’ai retrouvé l’univers des gargotes. Ces lieux magiques où je peux m’asseoir et commander ce que le hasard du marché du jour a amené le ou la cuisinière à mitonner en coulisse. Et ce, sans avoir à me préoccuper outre-mesure du sort de mon porte-monnaie. Plus de souci non plus de provisions ni de vaisselle, d’ailleurs.
Mais la plus grande joie que me procure ce retour à La Civilisation, c’est d’être assuré de ne plus avoir à me faire moi-même la conversation en prenant le café.
Et ça, mes amis, ça compte autant qu’un steak!

Claro, on s'est pas privés non plus à Malaga!

Ronda, Andalousie (rien à voir avec le sujet du post...)

Tanger, porte du Maroc.

Au marché

Fidèles au poste.

Avec ma logeuse, à l'heure du thé.