juin 2008


Après un léger contretemps, je décolle finalement demain dimanche 29 juin. Départ prévu à 10 h devant la Maison du 21ème Siècle (voir dans les liens), rue Bérégovoy à Saint Dié, puis direction les Crêtes vosgiennes, et route ensuite vers le grand Sud.
Avis aux amateurs pour un Saint Dié – Fraize en courant le matin, ou un Fraize – route des Crêtes en marchant l’après-midi.
Pour ce qui est des nouvelles fraiches, vous en aurez normalement à travers l’émission « l’Agité du Local » sur Radio Contact (pour les locaux) les jeudis entre 21 et 22 h, ainsi que sur RTL (pour tous!) dans « Destination Ailleurs », une émission quotidienne qui débutera le 30 juin et dans laquelle je devrais intervenir pour la première fois le mardi 15 juillet, entre 21 et 23 h. Sous réserve de bon fonctionnement du réseau téléphonique évidemment !
Ahora me voy, chau chau y mucha suerte! (Si, si, vous en aurez besoin pour rester !)

Ze pause!

Si j’ai décidé de changer de moyen de locomotion, pour un temps du moins, c’est qu’à vélo il y avait encore les roues entre la Terre et moi. Dans quelques jours je vais sentir si le sol est meuble, stable, roulant, souple ou rocailleux ; s’il est sec et doux, ou encore humide et froid, plat ou incliné, plan ou couvert d’aspérités, invitant au bivouac ou au contraire à poursuivre sa route. La marche méditative – celle qui, comme les routes d’Australie, fait se fondre dans le décor – l’emportera-t-elle sur le pas de course, cet élan qui nous pousse à avaler goulûment les espaces, afin de goûter à l’ivresse que procure un paysage toujours nouveau qui se déroule à l’infini ? Je ne sais rien, je verrai bien. Je repars sans itinéraire fixe, sans dates et sans contraintes. Dans mon petit sac à dos il n’ y a que quelques vêtements, de quoi dormir au chaud et au sec, le nécessaire pour casser la croûte, un peu de musique et un peu de lumière, et puis bien sûr de quoi écrire, pour expliquer tout ça, même si les mots sont parfois réducteurs. Et c’est peut-être encore trop, car liberté rime tellement bien avec légèreté.

Enfin, quand il ne pleut pas…

vaches géromoises

neige au col de Bonnefontaine

On n'est pas bien là, p'tit Philou?

Maison du garde-barrières à Magnières (bon d'accord, c'est plus tout à fait dans les Vosges...)