Nous voilà en ETHIOPIE, depuis 10 jours déjà, mais les derniers 550 km au KENYA nous ont réservés une surprise, car pas de route, juste une piste, sable, gravillons et de la tôle ondulé perpendiculaire à la route… dur dur (chutes à répétitions), à tel point que j’ai préféré laisser Mika finir seul la deuxième moitié, et moi ai emprunté le transport en commun local, à savoir le toit d’un camion (7 h pour 250 km).
Cette partie du KENYA désertique, caillouteuse, oubliée, ou la famine fait rage, les animaux meurent de faim et de soif, et pour les gens c’est malheureusement pas beaucoup mieux, et les femmes à chercher de l’eau si vitale, marchant de longs km, et ensuite attendre son tour au puits et revenir avec ce fardeau sur le dos, voir à dos d’âne pour les mieux lotis.

L’ETHIOPIE aussi nous a surpris, oscillant entre 1500 m d’altitude et 3000 m, tel sur une montagne russe (grosses montées suivi de bonnes descentes), souvent à slalomer entre les gens à pied sur cette route, et les gamins nous courant après et ne sachant dire que you you you, ou encore give me give me money… Lors de nos arrêts, une marée humaine autour de nous, à nous contemplés tel des extra terrestres.
Aussi depuis qques semaines, voyons quotidiennement des gens mâchouillant du kat ou chat, et après plusieurs heures de mastication commencent à ressentir les effets plus ou moins euphorisant ….
Arrêt obliger à ADIS ABEBA, 2400m d’altitude, afin d’obtenir le visas pour l’Inde .
Temporairement hébergé par de futur BOB éthiopiens….

samburu tribe