Afrique


6 mois de voyage et 5000 km en Afrique. Nous voici donc à Djibouti, étape ultime de notre périple sur ce continent. La dernière ligne droite entre la capitale éthiopienne et la Corne de l’Afrique nous a encore réservé de belles épreuves, avec une route de montagne oscillant entre 2 et 3000m, et quelque 200 km de piste bien caillouteuse et aride à souhait. Mais que de belles images et émotions, quel plaisir aussi de trouver une bouteille d’eau ou un coca dans un village sorti doucement du flou de l’horizon brûlant. Le temps de trouver un billet d’avion, et on vous retrouve en Inde !

roule ta bosse! portrait

lac Ziway, Ethiopie

case a toute epreuve. Montagnes ethiopiennes Ca parait facile, non?

Mais ou vont ils donc tous?

Nous voilà en ETHIOPIE, depuis 10 jours déjà, mais les derniers 550 km au KENYA nous ont réservés une surprise, car pas de route, juste une piste, sable, gravillons et de la tôle ondulé perpendiculaire à la route… dur dur (chutes à répétitions), à tel point que j’ai préféré laisser Mika finir seul la deuxième moitié, et moi ai emprunté le transport en commun local, à savoir le toit d’un camion (7 h pour 250 km).
Cette partie du KENYA désertique, caillouteuse, oubliée, ou la famine fait rage, les animaux meurent de faim et de soif, et pour les gens c’est malheureusement pas beaucoup mieux, et les femmes à chercher de l’eau si vitale, marchant de longs km, et ensuite attendre son tour au puits et revenir avec ce fardeau sur le dos, voir à dos d’âne pour les mieux lotis.

L’ETHIOPIE aussi nous a surpris, oscillant entre 1500 m d’altitude et 3000 m, tel sur une montagne russe (grosses montées suivi de bonnes descentes), souvent à slalomer entre les gens à pied sur cette route, et les gamins nous courant après et ne sachant dire que you you you, ou encore give me give me money… Lors de nos arrêts, une marée humaine autour de nous, à nous contemplés tel des extra terrestres.
Aussi depuis qques semaines, voyons quotidiennement des gens mâchouillant du kat ou chat, et après plusieurs heures de mastication commencent à ressentir les effets plus ou moins euphorisant ….
Arrêt obliger à ADIS ABEBA, 2400m d’altitude, afin d’obtenir le visas pour l’Inde .
Temporairement hébergé par de futur BOB éthiopiens….

samburu tribe

Bon d’accord, on a eu un peu de mal à repartir de Nairobi et à nous remettre de ses folles nuits orchestrées par notre génial hôte aux 1000 cousins, Bob le terrible. La capitale kenyane compte en effet un nombre impressionnant de bars, boites et restos super branchés ou l’on peut faire la fête du lundi au lundi jusqu’au bout de la nuit. Un impressionnant contraste avec les bidonvilles qui côtoient presque les quartiers les plus chics. Bref, on pensait se reposer un peu en reprenant la route mais c’était sans compter sur le Mont Kenya qui se dressait sur notre route. Ayant déjà renoncé au mythique Kilimandjaro (dont vous aurez une photo, c’est promis. On l’a oubliée !) on n’a pu faire l’impasse sur le deuxième sommet de l’Afrique. Une ascension de 2 jours parmi une superbe végétation colorée pour arriver au Pic Lenana (4985 m), le véritable sommet (5200 m) demandant du matériel d’alpinisme. Malheureusement, à la descente, un incendie géant avait ravage une grande partie de ce magnifique décor. Triste.
Bon, même sans ça, la température monte furieusement, comme les routes qui contournaient le Parc National du Mont Kenya d’ailleurs, ce qui explique que nous progressons actuellement plutôt « pole pole » (pigé ?). De plus, les cyber cafés se faisant aussi rares que l’eau, nous vous prions de nous excuser pour les désagréments causés par les trop longues attentes entre nos nouvelles et photos, dont vous ne pouvez désormais plus vous passer ! Ha ha, merci en tout cas pour vos très nombreux commentaires et messages encourageants, et excusez nous si du coup nous n’arrivons pas à répondre à tous personnellement.

Kilifi plage, pres de Mombasa

lever de soleil depuis Pic Lenana

nuits nairobiennes... mais Nairobi, c'est aussi ca.

super Bob le fameux regime sans selle...

Equateur, passage N1! perles massai

l'effet cocktails... mangues et bananes dur labour!

Page suivante »