Déjà un an que nous sommes rentrés en France. Provisoirement. Quelque chose me dit que ça va peut-être durer encore un an, maximum, cette affaire là. Contents de voir nos familles plus souvent, de profiter du magnifique terrain de jeu qu’offre notre beau pays, de sa gastronomie. Mais au niveau professionnel alors, déconnectés. Perdus. Plus dans le rythme. Pas envie de le retrouver non plus. Non merci. La réforme du collège, le travail comme raison d’être et comme identité sociale. Vous y croyez vous? Quelle drôle de planète suis-je en train de revisiter!

Je redescends de la montagne, pas des moindres, reparti m’oxygéner dans l’Himalaya, côté indien, Jammu et Cachemire. S’oxygéner n’est pas exactement le mot quand on crapahute entre 4 et 6000 mètres, au contraire, le déficit en O2, ça met quelque chose de léger dans la tête, comme un écran de lucidité qui nous permet de retrouver l’essentiel, un filtre qui ne laisse passer qu’un peu de nourriture, de l’eau des torrents, des rencontres et des sourires, quelques mots, des images, des sensations de pureté, l’effort, l’amour des et pour les siens. Et qu’importe si d’aucuns appellent cela de l’utopie, je leur souhaite juste de pouvoir y goûter un peu un jour.

Avant cela, j’avais déjà retrouvé ces sensations en traversant notamment la Corse en hivernal ou presque avec mon frangin, ou en aimant ma femme toujours un peu plus fort…

Sur le GR 20 enneigé

Sur le GR 20 enneigé

Oui, nous l'avons fait!

Oui, nous l’avons fait!

En redescendant du Stok Kangri (6123m)

En redescendant du Stok Kangri (6123m)

A François L.

A François L.

Nous sommes de retour en France depuis une bonne semaine, à profiter des bons petits plats de Maman, de la fraîcheur vosgienne et des superbes paysages, tellement verts! Je redécouvre mes routes et mes chemins de montagne avec bonheur, l’odeur des prés et des sapins, et l’espace, que d’espace en France! Et en particulier dans les Vosges.
Je peux respirer, je peux me balader des heures durant avec pour seule compagnie les arbres et les oiseaux. Plus de regards – même bienveillants – pour nous dévisager à chaque virage, je me sens libre.

Libre aussi parce qu’enfin j’ai le sentiment d’être arrivé au terme d’une quête, au bout d’un rêve et que j’ai l’impression que je vais pouvoir commencer quelque chose de nouveau, une deuxième vie en quelque sorte. Les tours du monde ou les traversées de continents, c’en est fini. Nous repartirons sûrement de temps en temps à vélo avec ma chérie, nos sacoches et notre tente, mais ce sera pour des vacances, quelques semaines, un mois ou deux peut-être. Plus de périples d’un an ou plus. Plus pour un moment en tout cas.
Et puis à la rentrée nous serons encore dans le coin puisque mes dossiers pour un poste à l’étranger en septembre n’ont pas abouti cette année. Réintégration dans l’académie de Strasbourg donc.

Alors voilà, c’est la fin aussi de ce blog qui sera resté en ligne pendant 11 ans. Ceci devrait être le dernier article sur rouletabosse.com. Merci à tous ceux qui nous ont suivis et qui par conséquent nous ont donné l’énergie, la force et la motivation de nous surpasser quand c’était nécessaire.

Maintenant je vais pouvoir aller gambader et rouler dans les montagnes pour mon plaisir uniquement, retrouver quelques copains, faire de la musique, et manger un bon saucisson quand j’en aurai envie!

PS: un second livre, qui reprendra ces 11 années de baroude autour du monde, est en projet. Peut-être que ce blog me servira encore une fois pour vous en donner des nouvelles d’ici quelques mois.

Bye bye !

Dernier week end aux Philippines

Dernier week end aux Philippines

Dans 3 jours, retour au frais

Dans 3 jours, retour au frais

Conciliabule junior

Conciliabule junior

Les miss en balade

Les miss en balade

Merci à Kertsin et Marko de Manille !

Merci à Kertsin et Marko de Manille !

Fin de l'aventure en beauté chez les copains Trevor et Rifi

Fin de l’aventure en beauté chez les copains Trevor et Rifi

Et arrivée en gare de Saint-Dié des Vosges !

Et arrivée en gare de Saint-Dié des Vosges !

Nous voila arrivés aux Philippines, dernier pays de ce périple malgacho-asiatique. Comme prévu, nous en faisons de moins en moins. Et pour ce dernier mois, nous avons même laissé les vélos en plan à Manille, la capitale, pour découvrir ces chapelets d’îles avec les moyens locaux, à savoir bus, tricycles et beaucoup de bateaux. Ainsi sommes nous passés d’une île à l’autre et d’une plage à une autre en explorant surtout les fonds marins. Eh oui, ma sirène avait besoin de retrouver son élément, aussi avons nous déjà fait de nombreuses plongées. Et quelles plongées ! Des coraux incroyables, de toutes les couleurs et toutes les formes, une raie manta de belle taille, un requin baleine en masque et tuba (pas lui, nous) pendant un intervalle de surface, et deux jours avec les requins-renards à la longue queue assassine…
Depuis hier, nous voici chez Trevor et Rifi, amis plongeurs de Nadhia installés ici et ma foi, entre apéros et mises à l’eau, la fin du séjour ne devrait plus beaucoup varier.
Ah, car oui, nous rentrons en France à la fin du mois…

Mt Mayon, volcan parfait sur l'île de Luzon

Mt Mayon, volcan parfait sur l’île de Luzon

La jeepney pour le transport en commun

La jeepney pour les transports en commun

Marchons sous la pluie a Ticao Island

Marchons sous la pluie a Ticao Island

Village sur Ticao

Village sur Ticao

ombres et geckos

ombres et geckos

La piscine naturelle

Piscine naturelle

Apero prolonge à Malapascua Island

Apéro prolongé à Malapascua Island

Du blanc et du bleu: les Philippines

Du blanc et du bleu: les Philippines

Surtout du bleu ici

Surtout du bleu ici

Les vacances j'vous dis!

Les vacances j’vous dis!

Le phare de Apo Island

Le phare d’Apo Island

Non, ils vont pas faire un scrabble!

Non, ils vont pas faire un scrabble!

Et voilà

Et voilà

Page suivante »